MOOC : quand la formation sort des salles de classe

Ces dernières semaines, je me suis plongée dans un MOOC. On voit de plus en plus apparaître ces formules de formation en ligne ; elles sont super accessibles, faciles d’approche et stimulantes. Ce n’est pas la première fois que je vous parle de formation en ligne, mais je me suis dit qu’un petit topo sur ce format-là en particulier vous tenterait peut-être. Go ?

Un MOOC, c’est quoi ?

MOOC, ça veut dire Massive Online Open Course. Autrement dit, un cours (Course) accessible à plein de monde en même temps (Massive), qui se suit en ligne (Online) et se veut facile d’accès (Open). Un MOOC est souvent offert par une université, mais pas que. Parfois, ce sont des organisations, comme par exemple Ticket for Change qui propose une formation pour devenir entrepreneur du changement. Grosso modo, l’idée est de donner une formation accessible pour toute personne qui aurait besoin de formation, que ce soit par intérêt personnel ou pour un développement professionnel. C’est toujours gratuit, MAIS si vous voulez une attestation de réussite pour la faire valoir sur votre CV, par exemple, vous devez la payer. Ça permet à la structure de vivre, et vous, ça vous laisse le choix. Donnant-donnant.

mooc-formation-internet-cours en ligne-education-apprentissage

Les avantages à suivre un MOOC

Ce que j’aime particulièrement dans cette forme de présentation de contenu, c’est sa facilité d’accès. Parce qu’au final, on travaille à son rythme, de chez soi, en pyjama. On peut faire tous les modules d’un coup, où s’organiser petit à petit pour avancer. Et si on préfère travailler la nuit, tôt le matin ou par tranches de 30 minutes, c’est OK.

Autre avantage, la diversité et la qualité des formations proposées. Comme on choisit son MOOC sur internet, on a pléthore de possibilités. Dans son domaine ou pas, d’une université ou pas, avec une certification officielle ou pas.

Également, je trouve merveilleux d’avoir la possibilité de se former sur juste ce qui nous manque. Exemple : je veux me former en design de plateformes d’apprentissage, mais je n’ai pas super envie de retourner à l’Université me faire tout un programme quand j’ai juste besoin de quelques compétences/connaissances. Le MOOC m’offre la possibilité de me former juste dans ce qui me manque, chez moi. Royal.

Mon expérience, premier volet : dans mon domaine

Pour ma part, je suis des MOOC très souvent. Au moins une à deux fois par an, quoi. En vrai, je suis un peu accro.

mooc-formation-internet-cours en ligne-education-apprentissage

Parfois donc, je les choisis dans mon domaine, pour me spécialiser ou pousser ma réflexion plus loin. Par exemple, au début de l’année 2018, j’ai suivi une formation offerte par Harvard pour réfléchir un peu plus loin à mes conceptions de l’apprentissage et à ce qu’elles impliquaient quand j’enseigne. C’était passionnant, et inutile de dire que je n’aurais jamais pu aller en personne suivre un cours à Harvard. J’étais donc bien contente.

Pendant cette formation, d’une durée de deux mois, j’ai donc suivi un enseignement sur les représentations de l’apprentissage et ai passé des évaluations. Oui, parce que dans un MOOC, il y a des examens (désolée). Si on fait ça pour le plaisir d’apprendre, ils sont seulement formatifs (c’est-à-dire qu’ils servent à voir ce qu’on a bien compris et ce qui nous reste à retravailler). Si on a envie d’une attestation de formation, par contre, il faudrait réussir les tests.

Au final, cette formation m’a été vraiment utile. J’en ai réutilisé des principes avec mes étudiants et ai pu enrichir ma pratique d’enseignement. C’était donc vraiment profitable pour moi, à la fois dans ce que je pouvais transmettre aux étudiants mais aussi pour clarifier, dans ma tête, ce que j’attendais d’eux et de moi comme enseignante. Et puis, elle comportait beaucoup de travail réflexif, et je suis convaincue que c’est important dans l’enseignement (mais pas que !).

Mon expérience, deuxième volet : dans un tout autre domaine que le mien

Le MOOC que je viens de terminer n’a a priori rien à voir avec mon domaine : c’était une formation de 7 semaines en management responsable, offerte par l’Université Laval. A priori pas un choix évident quand on me connaît, mais pour moi il avait du sens. Déjà, il faut savoir que j’aime bien comprendre le monde qui m’entoure : je suis une fille de questions, toujours dans l’interrogation. Et ensuite, parce que je déteste ne rien connaître d’un domaine et ne pas pouvoir donner mon avis.

Mais aussi, parce que je me pose beaucoup de questions sur la façon dont la société s’organise et se construit. Sur la façon dont on peut construire un monde meilleur pour demain. C’est d’ailleurs ce que j’essaie de faire, en éducation. Sauf que je pense que c’est un tout, et qu’il faut travailler main dans la main avec tous les acteurs du système. Je pense aussi que nous devons préparer nos enfants au monde dans lequel ils s’insèrent pour y prendre leur place. Bref, ça ne me plaisait pas trop d’avoir des lacunes en administration, domaine dans lequel honnêtement, je ne connais rien. J’étais donc toute prête pour un cours offert par une faculté des sciences de l’administration.

mooc-formation-internet-cours en ligne-education-apprentissage

Finalement, j’ai adoré cette formation. Elle m’a sortie de ma zone de confort, c’est vrai, mais elle m’a permis d’appréhender un peu plus la complexité de nos sociétés. Elle m’a donné des pistes de réflexion en pagaille, des projets, des envies. Et puis, elle m’a permis d’envisager différemment la façon dont tous les acteurs d’un système social interagissent. C’était chouette.

Ce que j’aime, ce que j’aime moins

Il y a quand même des petites choses qui me chiffonnent dans les MOOC, notamment le fait que ça reste parfois lacunaire. On suit un cours dans un domaine, mais si on veut creuser un peu plus, il n’y a pas toujours une formation qui va plus loin. Néanmoins, c’est une bonne entrée en matière et ensuite, c’est à nous de trouver les ressources pour pousser notre compréhension. C’est juste qu’en grosse flemmarde que je suis, j’aime bien qu’on me prenne par la main. Également, je trouve que parfois les évaluations pourraient être mieux pensées. Mais ça, c’est une déformation professionnelle. 😉

Par contre, étant donné que c’est un cours en ligne, je trouve merveilleux de pouvoir échanger avec des gens du monde entier. Les MOOC sont souvent accompagnés de forums de discussion pour enrichir sa compréhension de la matière. Par exemple, lors de la formation d’Harvard, j’ai pu échanger avec un philippin sur des questions d’apprentissage. C’est passionnant, et ça complexifie grandement la réflexion. J’aime aussi beaucoup l’accessibilité qui permet de caler ça dans mon emploi du temps. Certaines semaines, j’y consacre dix heures. D’autres, je n’ai pas le temps. J’organise les choses à mon rythme. Et puis, le principe même du MOOC permet d’avoir accès à des formations qui n’auraient pas été accessibles autrement. Difficile de prendre juste un cours en administration, sans être dans un programme. Impossible (ne serait-ce que pour des raisons d’immigration) de suivre un cours à Harvard. Grâce à ce principe, ça devient possible. Magique !

mooc-formation-internet-cours en ligne-education-apprentissage

J’ai envie de suivre un MOOC, je fais comment ?

Si l’expérience vous tente, vous pouvez vous tourner vers plusieurs plateformes qui proposent ces cours, dépendamment de votre intérêt de formation. Il vous suffit de taper votre recherche dans Google pour trouver des dizaines de MOOC, mais si vous ne savez pas par où commencer, faîtes un tour sur MOOC Francophone. Il vous suffira ensuite de choisir un domaine ou un sujet spécifique pour avoir accès aux formations (attention aux dates d’inscription). Si vous êtes à l’aise en anglais, mes chouchous sont edX et Coursera, bien que quelques cours soient offerts dans d’autres langues. Fouillez !

À chaque fois, vous pourrez choisir ou non d’y engager de l’argent. Ce sont rarement des grosses sommes. Généralement, j’aime bien payer mon attestation, pas seulement pour la mettre sur mon CV, mais aussi pour encourager le système. Ça correspond à mes convictions, que la formation devrait pouvoir être accessible à tous.

***

Et vous ? Avez-vous déjà participé à un MOOC ? Quels sont vos retours sur cette formule ?

***

Image en Une : rawpixel

Source des images : Alejandro Escamillafreddie marriageWes HicksJohn Schnobrich

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *