Quelle place accorder aux examens terminaux ? L’exemple du baccalauréat français

Il est un sujet qui divise en France ces derniers temps : la réforme du baccalauréat*. Il y a ceux, conservateurs, qui souhaitent le maintenir comme il est. Ceux, désireux de changer les choses, qui voient les nouvelles mesures d’un bon œil. Et ceux, défaitistes, qui disent que de toute façon, le baccalauréat, « on le donne aux jeunes maintenant, alors… ». Soumis à de nombreuses réformes au fil du temps, cet examen a toujours divisé mais a toujours eu une grande place dans l’organisation de la vie de nombreuses familles. Alors je ne me lancerai pas dans une analyse de la réforme, pas aujourd’hui. Mais je me suis demandé : « qu’est-ce que c’est, au fond, le bac ? Pourquoi tant de débats passionnés ? » Continuer la lecture de « Quelle place accorder aux examens terminaux ? L’exemple du baccalauréat français »

Scolarité obligatoire à partir de trois ans en France, on en parle ?

Difficile d’y échapper ces derniers temps. En France, dès septembre 2019, l’âge de la scolarité obligatoire est abaissé à trois ans. Cette annonce a entraîné un flot d’articles de blog, de journaux, émissions de télévision et de radio. On s’offusquait, on récriminait, bref, un drame. Pourtant, ce débat n’est pas tout neuf : en mai 2012, une proposition de loi avait déjà été faite au Sénat, comme le rapporte le blog Les Enfants d’Abord.

Ce qui a été beaucoup avancé comme argument contre, c’était que les parents devaient avoir le choix. Scolariser ou non ses enfants devait rester une décision parentale. Venait aussi le fait qu’à trois ans, un enfant peut encore avoir besoin d’un milieu familial. Retour sur ces arguments et sur la situation. Continuer la lecture de « Scolarité obligatoire à partir de trois ans en France, on en parle ? »

Motivation : ce que l’éducation peut emprunter à Google

Dans la vie, j’ai tendance à considérer que tout est question de motivation. Pourquoi ? Parce que le sens découle de la motivation. Trouver du sens à quelque chose, c’est être plus motivé pour le faire. C’est tout à coup, savoir pourquoi.

Ça, c’était mon intime conviction (bon, ok, peut-être construite sur de nombreuses études aussi, mais je m’y retrouvais pas mal). Depuis belle lurette, je suis convaincue que si on parle de formation, la motivation est nécessaire. Nous nous souvenons tous du désastre que représentaient nos cours pour lesquels nous peinions à trouver quelque motivation que ce soit. Pour moi, c’étaient les cours de maths, à une époque. Je me demandais un peu ce à quoi les vecteurs allaient me servir, et de ce questionnement en découlait un autre : « alors pourquoi y consacrerais-je du temps et de l’énergie ? » Motivation zéro, investissement zéro… résultat pas bien loin de zéro aussi. Bref, pas de sens, pas de motivation. Continuer la lecture de « Motivation : ce que l’éducation peut emprunter à Google »

Les cours en ligne, une bonne idée ?

Il y a eu un concours de circonstances qui m’a poussée à m’interroger sur les cours en ligne. D’abord, la parution d’un article, mi-février, sur le site du Journal de Québec, dénonçant le nombre croisant de cours offerts en ligne à l’Université Laval. Pour vous en faire un bref résumé, des étudiants étaient mécontents de se voir offrir leurs cours en ligne et non en présentiel, argumentant qu’ils s’étaient déplacés à Québec pour leurs cours ou que le cours en ligne ne favorisait pas la richesse des échanges étudiants-professeurs. Parallèlement, d’autres étudiants apprécient de suivre leur programme dans la tranquillité de leur appartement plutôt que dans de grands amphithéâtres. Difficile de mettre tout le monde d’accord sur le sujet. Continuer la lecture de « Les cours en ligne, une bonne idée ? »

De la question de la punition et de la gestion de classe

Il y a deux semaines, mon article sur la question des punitions était déjà bien long, et je vous avais dit que je reviendrais vous en parler. Nous y voici. Je vous propose qu’on commence par un jeu : fermez les yeux, et souvenez-vous de cette fois où vous avez été puni·e en classe parce que vous dépassiez les bornes, ce que vous avez ressenti. Gardez ça en tête, vous pourrez y relier ma réflexion et apporter votre expérience pour l’enrichir. Prêt·e ?

Nous nous en étions arrêté·e·s à la punition comme façon de soutenir (ou pas) les apprentissages. En effet, je vous avais parlé de mes petites recherches toutes informelles qui avaient révélé, en gros, que les enseignants qui punissaient rapportaient le faire pour deux raisons principales : Continuer la lecture de « De la question de la punition et de la gestion de classe »

De la question de la punition et des apprentissages

En ces temps où l’éducation bienveillante a bonne presse, on repense beaucoup à la façon dont, nous, nous avons été éduqués. Par nos parents, certes, mais aussi par nos enseignants successifs, car le mot éducation s’applique après tout aux deux contextes. (Doit-on encore rappeler que parmi les missions de l’école, il n’y a pas qu’instruire mais aussi, éduquer ?) Fût une époque pas si lointaine, où un enseignant pouvait administrer la punition qu’il voulait, y compris gifler un enfant. Aujourd’hui, cette seule idée donnerait la chair de poule à bien des parents, non ? Continuer la lecture de « De la question de la punition et des apprentissages »

Développer sa créativité à l’école, est-ce possible ?

La créativité est une habileté que l’on chérit dans nos sociétés. On y associe la capacité de résoudre des problèmes de façon novatrice. Elle est également très recherchée par nos employeurs. On a tendance à aimer les personnalités créatives chez nos amis et les blogs et autres sites internet regorgent d’articles pour développer sa créativité.

Mais également, on a tendance à y associer un côté artistique exclusivement, à imaginer au seul mot de créativité un univers un peu fantasque. On voudrait développer sa créativité, mais on ne sait pas comment faire, parce qu’on a cette impression tenace qu’on est créatif, ou qu’on ne l’est pas. Continuer la lecture de « Développer sa créativité à l’école, est-ce possible ? »

Keep calm and educate

Lorsque je travaillais en Angleterre, j’étais souvent frappée par cette attitude typiquement anglaise face à une difficulté : Keep Calm and Carry On (littéralement, reste calme et continue à avancer). J’en aimais le côté posé, pensé, le refus de céder à la panique et la volonté de continuer dans la voie qu’on a choisi de suivre. Cette devise a été rendue célèbre par les nombreux détournements qui en ont été faits, souvent très amusants et créatifs (d’ailleurs, si vous voulez vous amuser à créer le vôtre comme je l’ai fait pour cet article, allez faire un tour sur le site Keep Calm-o-matic). Passionnée par les mécanismes d’apprentissage, j’ai longtemps eu un Keep Calm and Regulate accroché dans mon bureau (chacun ses passions, hein).

Continuer la lecture de « Keep calm and educate »

Je suis visuel, auditif, kinesthésique… vraiment ?

Pendant longtemps, je me suis pensée kinesthésique.
J’étais kinesthésique parce que je n’étais pas visuelle : voir quelque chose ne me suffisait pas pour le retenir. Et je n’étais pas auditive non plus, puisqu’écouter quelque chose ne me suffisait pas pour l’apprendre. Il me restait donc la possibilité d’être kinesthésique. Apprendre dans l’espace, apprendre par sensations, associations, ça me parlait. Et puis, il fallait bien que je sois quelque chose, non ?

Continuer la lecture de « Je suis visuel, auditif, kinesthésique… vraiment ? »

L’impossible combat entre théorie et pratique

Il y a une question qui revient souvent dans les débats sur l’éducation : celle de la théorie et de la pratique. Imaginons : repas de Noël. Vous êtes assis·e à côté de votre cousine, qui a quitté l’école à 16 ans. Elle ne se plaisait pas sur les bancs de l’école et a monté son entreprise ; elle a tout appris « par elle-même ». (oui, je mets des guillemets parce qu’on s’en est déjà parlé, des innombrables sources possibles d’apprentissage). En face de vous, la femme de votre frère, professeure à l’université. Adepte de théories, elle écrit des livres en accord avec cette passion. Continuer la lecture de « L’impossible combat entre théorie et pratique »